Un hub parisien pour faire émerger le monde de demain


U.Lab 2016


Voici une synthèse de notre expérience 2016 émaillée de vidéos et de témoignages

ICI

 

 

 


U.Lab 2017


Nous avons recommencé en 2017 avec un engagement encore plus important auprès des participants et de la part des participants.

A découvrir sur cette

PAGE



 

Le Ulab parisien est né en septembre 2016 quand un petit groupe de passionnés  a fondé  dans le centre de Paris un espace nomade, gratuit et ouvert à tous, permettant de suivre en groupe les sessions en direct du MOOC et d’aller plus loin dans l’expérimentation autour de la méthode. 

 

Depuis 2016, les participants se retrouvent toutes les semaines, l’après-midi ou le soir, et parfois un weekend , de septembre à décembre dans des lieux  parisiens consacrés à l’innovation  tels que  la Maison  des Acteurs du développement durable de la Mairie de Paris, la Ruche , le Square , Liberty Living Lab. Les réunions sont libres, gratuites,  sans obligation ….

 

Les participants  sont en quête de projets qui ont du sens, souhaitent  changer le monde,  leur position ou leur façon de fonctionner. Certains sont en transition personnelle  ou professionnelle  plus ou moins avancée,  d’autres sont  des coaches ou des consultants en quête d’outils.   Ils  viennent et reviennent, poussés par leur curiosité à l’égard d’une démarche innovante  dont ils ont entendu parler par le bouche à oreille et les réseaux, encouragés par la gratuité du Ulab, séduits par la générosité des animateurs bénévoles et compétents et la bienveillance du groupe, intéressés par la diversité intergénérationnelle et professionnelle, la richesse des parcours.  Assidus, ils apprécient les moments de joie liés à la découverte, les éclairages innovants  sur la marche du monde et la possibilité de faire émerger ensemble, collectivement, du nouveau.

 

La méthode mise en place dans ce Ulab est structurée. Elle  prend la forme d’un U en trois étapes  et sept mouvements : d’abord une descente dans le U où, après avoir mis entre parenthèses ce qu’on sait déjà, on ouvre et approfondit ses perceptions. C’est un temps d’observation et de ressenti,  où chacun développe ses capacités d’écoute à travers des exercices tels que la marche empathique,  les cercles de coaching… et explore des zones inconnues  en mobilisant  sa tête, son cœur et son corps   grâce à  des visites de lieux insolites, la pratique théâtrale …. Ces mouvements sont intitulés downloading, co-initiating et co-sensing.  Cette première étape est suivie dans le creux du U par une seconde étape, un moment contemplatif  de reconnexion à ses sources profondes  d’inspiration. Il y a du lâcher prise, du silence plein qui permettent l’émergence d’images ou de gestes auxquels on ne s’attend pas (presencing). Puis, vient la remontée du U, une troisième étape, un temps de clarification des intentions et des idées (crystallizing), puis de mise en route et de déploiement d’un projet individuel ou collectif  en testant rapidement des prototypes (prototyping et performing).      

 

La méthode relève à la fois du développement personnel et collectif. Ce processus  permet de se transformer en approfondissant son écoute, de mieux prendre en compte ses émotions pour être efficace,  de s’autoriser à prendre le temps de contempler pour laisser émerger des formes. C’est l’occasion  d’oser explorer hors de ses zones de confort,  de son environnement habituel,  de monter en compétence dans certains domaines, d’approfondir  sa capacité d’improvisation et de création tous azimuts, son aptitude à travailler en groupe, à mettre en œuvre des projets.

 

Son originalité  vient de sa globalité. Elle intervient  dans plusieurs dimensions  à la fois : une dimension intellectuelle  et internationale  qui permet une compréhension systémique  de la dynamique du monde - ; une dimension physique ; une dimension émotionnelle ; une dimension imaginaire créatrice ; une dimension spirituelle.

 

La théorie U est basée sur le postulat  qu’il n’y a pas de transformation collective sans transformation individuelle et sans retourner le rayon de la conscience, qu’elle soit individuelle ou collective vers soi, comme les astronautes partant pour la lune ont retourné leurs caméras vers la Terre,  donnant  à voir, pour la première fois de l’histoire de l’humanité, la beauté et la fragilité de notre planète.   

Anne Guarrigue et Hélène da Costa